Les talents de l’ex-maire de Montréal Gérald Tremblay…


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) – 
L’ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, est un homme d’une intelligence supérieure et d’une grande bonté. Ce qu’il n’est cependant pas c’est un gestionnaire dur à cuire… 
Gérald Tremblay est né le 20 septembre 1942 à Ottawa. Il est donc âgé de 70 ans. Tremblay est diplômé en droit de l’Université d’Ottawa en 1969 et il est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de la Harvard Business School de Boston obtenue en 1972. Il fut professeur et chargé de cours à l’École des hautes études commerciales (HEC) de 1974 à 1977, dirigea une firme de conseil ainsi que la fameuse Fédération des caisses d’entraide économique du Québec en 1981 et 1982. Il fut ensuite actionnaires de diverses entreprises dans les secteurs de l’hôtellerie et de la vente au détail de 1982 à 1986 dont « Dans un Jardin », une entreprise qui l’aurait, dit-on, mis à l’aise financièrement. 
En 1989, il décida de faire de la politique et fut élu député libéral d’Outremont et nommé ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Technologie dans le cabinet Bourassa où il inventa les fameuses grappes industrielles québécoises. 
Profitant de la baisse de popularité de Pierre Bourque, responsable du projet de « méga-fusion » des 29 municipalités de l’île de Montréal en une seule entité, il est élu pour la première fois maire de Montréal aux élections municipales du 4 novembre 2001. Il sera maire jusqu’à sa démission le 5 novembre 2012. Avec le recul, on peut dire que sa décision de devenir maire fut la plus mauvaise de sa carrière, sinon dans les accomplissements, certainement sur le plan de son histoire personnelle. 
Diriger une ville n’est pas une tâche d’intellectuel, ce qu’est fondamentalement Gérald Tremblay. Ce dernier aurait fait un excellent ambassadeur ou recteur d’une grande université comme fin de carrière mais pas le maire d’une ville. 
Le cheminement du maire de Québec, Régis Labeaume, lui aussi un entrepreneur qui a réussi, est comparable à celui de l’ex-maire de Montréal sauf que Labeaume n’est pas un intellectuel. Il est un dur à cuire! 
Labeaume n’aurait pas plié l’échine devant une Première Ministre non chaleureuse à son égard… 
Un autre maire dur à cuire était Jean Drapeau de qui, malgré ses échecs financiers tant sur le plan personnel que des Jeux Olympiques, on peut dire qu’il avait su donner un élan international à sa ville et qu’il est passé à l’histoire en ce sens. 
Il est très triste de voir la carrière de Gérald Tremblay se terminer ainsi et son erreur aura été de prendre un risque de trop, en dehors de ses talents, pensant qu’il pouvait le gagner parce qu’il avait beaucoup gagné dans le passé. 
La clé du succès dans la vie dépend de deux éléments bien précis: 
1. Découvrir et exploiter ses talents personnels; 
2. Savoir s’arrêter de jouer une fois gagnant et surtout ne pas risquer tous ses gains dans un nouveau jeu au casino de la vie! 
En conclusion, souhaitons que le prochain maire de Montréal soit un dur à cuire, honnête et homme ou femme de vision. À suivre… 
Photo 1: Gérald Tremblay ;
Photo 2: Pierre Bourque ; Photo 3: Régis Labeaume ;
Photo 4: Jean Drapeau ;
Voir site internet Ville de Montréal 
Voir site Internet Ville de Québec ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :