Éditeur de livres – Les Éditions de l’Homme

septembre 23, 2008

Les Éditions de l’Homme sont des éditeurs très sérieux au Québec et partout dans le monde de la francophonie, la maison attire le respect. La fête soulignant le 50e anniversaire de fondation a démontré clairement que les auteurs québécois sont nombreux à faire confiance et à respecter cette maison d’édition.
L’un des pionniers de l’établissement fut le Sénateur Jacques Hébert (1923-2007). L’homme était un véritable passionné du livre et, s’il a signé lui-même de nombreux ouvrages en tant qu’auteur, il a aussi contribué en tant que premier éditeur à faire découvrir la littérature québécoise. Il fut le co-fondateur des Éditions de l’Homme avec l’imprimeur montréalais Edgard Lespérance en 1958. Hébert a dirigé l’entreprise jusqu’en 1961 lorsqu’il décida de créer sa propre maison, Les Éditions du Jour.
Je me souviens d’avoir rencontré Jacques Hébert en 1977 alors que je songeais à publier un livre sur le journalisme à l’Assemblée nationale. Il m’avait invité à venir le rencontrer à Montréal et j’avais été impresssionné par la gentillesse du personnage. Un type qui savait manifester beaucoup de curiosité intellectuelle envers les projets de quelqu’un. Mais malheureusement pour moi, il m’avoua s’être retiré de la direction active depuis 1974 et qu’il songeait à vendre!
Les Éditions du Jour furent achetées par la famille Lespérance en 1980.
Lors de la rencontre de 1977, Jacques Hébert m’avait aussi suggéré de réécrire mon manuscrit…
J’ai abandonné mon projet et ce n’est que 15 ans plus tard que mon chemin croisa à nouveau celui de ces deux maisons d’édition. C’était en 1991 alors que j’étais devenu l’adjoint du magnat de la presse Pierre Péladeau (1925-1997) et que ce dernier me confia qu’il rêvait d’acquérir les éditions de la famille Lespérance. Péladeau aurait bien aimé réaliser lui-même la transaction de son vivant mais le sort en a voulu autrement. Mais ce n’est pas sans avoir essayé. Souvent Pierre Péladeau envoyait des légumes fraîchement cueillis dans son jardin au fils d’Edgard Lespérance afin de le convaincre de vendre à Quebecor. J’ai moi-même livré des tomates fraîches au nom de Péladeau à Pierre Lespérance à deux reprises!
Les efforts ont été récompensés mais c’est le fils Pierre-Karl Péladeau qui a récolté, le 12 octobre 2005…
Les Éditions de l’Homme ont publié plusieurs grands auteurs et il fallait voir les invités réunis lors de la soirée du 50e au Marché Bonsecours de Montréal, le 17 septembre dernier, pour s’en rendre compte. Le journaliste et auteur Michel Vastel, qui aimait beaucoup publier ses livres chez cet éditeur, aurait apprécié la soirée anniversaire s’il n’était pas décédé quelques semaines auparavant. L’ex-Premier ministre Brian Mulroney a lui aussi publié avec fierté chez de l’Homme, notamment la version française de son autobiographie.
Plusieurs observateurs s’interrogent sur le choix de publier la traduction en français du livre contreversé de Julie Couillard qui sortira de presse le 6 octobre prochain. C’est un risque car ou bien le livre sera un succès ou il sera un échec total. Julie Couillard devra révéler des informations fracassantes car si le livre ne dévoile rien de neuf, les médias auront tôt fait de le détruire très rapidement sur la place publique et de se moquer de la belle Julie. Mais dans un sens ou l’autre, Quebecor en sortira gagnant grâce à la convergence de ses magazines, son Journal de Montréal et son réseau de télévision TVA. D’ailleurs, il n’y aura pas de conférence de presseni de lancement ce qui accordera une certaine exclusivité à l’empire Quebecor. Pierre Péladeau serait fier et il rigolerait de cette situation…
En conclusion, Les Éditions de l’Homme mérite le respect et, avec la puissance financière de Quebecor, on est en droit d’espérer un avenir très prometteur. Comme le disait Pierre Lespérance lors de la soirée du 50e anniversaire:« Nous avons trouvé un bon endroit où se loger pour les 50 prochaines années.»
À suivre et surtout à lire!
Bernard Bujold – www.LeStudio1.com
Lien site Les Éditions de l’Homme
Photo du haut: Logo 50e Éditions de l’Homme, Pierre Lespérance et Pierre-Karl Péladeau; Photo du bas: Pierre Péladeau au golf.
Publicités

Femmes de politiciens

septembre 17, 2008

L’on dit que derrière tout grand homme il a toujours une grande femme!
En France et aux États-Unis, la conjointe des chefs d’État joue un rôle très actif dans l’élection et parfois même dans la gestion du pays. Ce n’est pas le cas au Canada mais ce n’est pas par manque detalent de la part des épouses des politiciens.
Prenons l’exemple de Laureen Harper. C’est une femme exceptionnelle et j’ai eu l’occasion de la rencontrer en personne pour confirmer mon opinion. Elle est une femme charmante et on se demande pourquoi elle ne prend pas plus de place à l’avant-scène comme le faisait Aline Chrétien ou Mila Mulroney. Laureen Harper a même étudié en journalisme et elle est designer graphique de profession. Elle se spécialisait dans la conception de site Internet. Elle adore aussi se promener en moto… Mais ce qui retient l’attention des gens qui la rencontrent ce sont ses yeux et son sourire. Personnellement, j’avais été séduit par le regard de Laureen Harper, mais bon, pas question de convoiter une femme mariée, et encore moins l’épouse du Premier ministre de mon pays, même si j’en aurais eu le désir!
Je ne connais pas les épouses des autres chefs de parti politique canadien mais selon leur biographie, on peut rapidement se rendre compte que ce sont tous des femmes de grande qualité et de talent. Dommage qu’elle ne soient plus présentes dans les médias pour apporter leur point de vue. Je suis persuadé que nous y gagnerions tous dans les débats.
La preuve que l’apport des femmes est un atout en politique est évidente en France. Nicolas Sarkozy a utilisé l’aide de Cécilia Sarkozy et il continue de le faire avec Carla Bruni. Quant aux Etats-Unis, John McCain, non seulement s’appuient sur une conjointe qui est une femme d’affaire très puissante mais il est en train de vaincre Barack Obama avec l’arrivée d’une deuxième femme, Sarah Palin. Barack Obama compte sur une conjointe de grande qualité mais la loi du nombrele défait car il se retrouve à lutter contre trois femmes: les deux du camp McCainet Hillary Clinton. Il est condamné à l’échec!
Mais malgré la grande contribution que peuvent apporter les conjointes, il faut parfois que les chef aient le dernier mot et qu’ils imposent leur prérogative de chef, sinon cela peut les conduire à d’autres sortes de problèmes…
Au Canada, Jean Chrétien s’appuyait beaucoup sur son épouse Aline. Ce serait elle qui aurait recommandé à son mari le choix de Stéphane Dion comme député pour le Parti libéral et ministre de l’environnement. Aline l’avait entenduparler dans une conférence universitaire. Jean Chrétien accepta mais il commença à s’inquiéter lorsqu’il vit Dion arriver au 24 Sussex avec son vieux sac à dos…Une trop grande confiance envers sa femme peut aussi conduire à l’échec.
Bonne chance à tous les candidats de l’élection canadienne du 14 octobre prochain!
Bernard Bujold- LeStudio1.com
Lien site Web 2.0 LeStudio.com
Photo du haut: Laureen Harper, Janine Krieber (Dion),Olivia Chow (Layton) et Yolande Brunelle (Duceppe);Photo du bas: Laureen Harper en moto.


Médias Internet et le public

septembre 9, 2008

L’utilisation de l’Internet permet de faciliter la communication avec le reste du monde et les politiciens ont bien compris cette possibilité.
Le monde de l’Internet ressemble à celui de la série télévisée Star Trek où les frontières de la communications avaient un côté science fiction avec divers gadgets. Cette fiction devient de plus en plus la réalité de notre quotidien et bientôt il ne manquera que la dématérialisation…(Energize!)
Les politiciens américains et français ont été les premiers à saisir le potentiel de l’Internet dans une campagne électorale. Le site de Nicolas Sarkozy est très bien organisé et il est innovateur à plusieurs niveaux notamment avec l’usage des vidéos et de l’interaction avec les visiteurs.
Le Canada vient de s’éveiller à l’Internet mais contrairement au cheminement américain ou français, les politiciens canadiens n’exploitent pas réellement le format Web 2.0 qui permettrait de communiquer directement avec leurs supporters et de lever leurs fonds de financement. Hillary Clinton et Barrack Obama ont été particulièrement agressifs sur ce plan.
L’Internet a transformé le monde en une sorte de base universelle de données et de plus en plus il suffit de rechercher un sujet sur notre ordinateur pour avoir la réponse sur notre écran. Il est presque possible de gérer notre vie à partir de l’ordinateur. Quiconque est branché sur la banque en ligne apprécie les avantages d’avoir le guichet automatique dans son salon. Beaucoup d’autres secteurs d’activités s’appuient aussi sur le web dont la médecine et l’enseignement universitaire alors que les médecins acheminent les dossiers de leurs patients d’un hôpital à l’autre pour les analyser et que les professeurs corrigent les travaux de leurs étudiants sur le web. Il n’est pas illogique d’envisager le jour où nous pourrons voter par Internet.
L’évolution du web avance à une vitesse incroyable et Bill Gate a déclaré, lors de sa retraite en juin, que nous ne serions qu’au début de ce que sera une société entièrement numérique.
Est-ce que nous vivrons alors dans un monde meilleur?
Je ne sais pas mais je m’inquiète de cette phrase de mon professeur d’histoire qui répétait sans cesse : « L’évolution est une roue qui tourne et nous revenons toujours au point de départ… » Bonne navigation internet et bonne campagne électorale!
Bernard Bujold
Lien site Web 2.0 LeStudio.com
(Photos logos Internet et le vaisseau spatial Voyager de Star Trek)

Hommage à l’émission de télévision "Bones"

septembre 4, 2008

L’auteure montréalaise Kathy Reichs vient de publier un autre polar « Devil Bones ».
Reichs est très populaire, autant au Canada qu’aux États Unis, et elle est également la co-productrice de la série « Bones » diffusée à CBS et dont les deux acteurs vedettes sont Émily Deschanel (Bones) et David Boreanaz (Booth). La série vient d’entamer sa quatrième saison et la popularité ne fait qu’augmenter année après année.
LeStudio1.com est très heureux d’offrir une mention d’excellence à Kathy Reichs et à toute l’équipe des acteurs de l’émission télé.
www.LeStudio1.com/LesMeilleurs2008
Lien site Internet Kathy Reichs
Lien site Internet BONES


Hommage au film Faubourg 36

septembre 4, 2008

Le FFM 2008 de Montréal a présenté plus de 400 films. LeStudio1.com ne les a pas tous visionnés mais nous avons retenu le film Faubourg 36 comme le meilleur du festival. Nous sommes donc très heureux de lui décerner une mention d’excellence dans la galerie Les Meilleurs 2008 – LeStudio1.com.
Faubourg 36 comprend tous les éléments d’un bon film: des acteurs de talent, un scénario bien écrit, un mixage parfait entre la musique et l’action, et une histoire qui nous inspire l’espoir. Pour toutes ces raisons, ce film est notre préféré et il mérite d’être visionné.
www.LeStudio1.com/LesMeilleurs2008
Lien site Internet du film Faubourg 36


Michel Vastel (1940-2008) – Histoires politiques

septembre 4, 2008

Il y a des gens qui racontent des histoires politiques qui sont tellement intéressantes que l’on croirait écouter des histoires de pêche…
C’était le cas du journaliste et écrivain Michel Vastel (1940-2008) ! Rarement a-t-on pu apprécier au Québec un journaliste avec autant de talent pour l’écriture et un sens de la nouvelle qui a donné lieu à de nombreuses primeurs (scoop).
J’ai connu Michel Vastel à Ottawa en septembre 1984 alors que Brian Mulroney venait de remporter l’élection canadienne avec un majorité de 211 députés sur une possibilité de 282. Vastel était un défenseur de la francophonie et pour cette raison il était le meilleur ami de plusieurs journalistes québécois de la Tribune de la presse parlementaire à Ottawa, laquelle était plutôt dominée par les anglophones. Il avait aussi de nombreux contacts dans tous les ministères. Vastel était très chaleureux et il n’hésitait pas à entamer la conversation avec des inconnus et parce qu’il était un journaliste avec les moyens de dévoiler les irrégularités, on lui envoyait souvent des documents en secret afin de l’orienter sur des pistes de reportages. Personnellement j’appellais Vastel le Colombo du journalisme et il en avait l’allure physique avec son perpétuel paletot beige, sa taille, sa chevelure et sa démarche un peu courbée. Ses collègues lui rappellait souvent, de façon amicale, qu’il représentait bien les« maudits français » avec son caractère assez bouillant et son affection pour le bon vin et les belles filles…
Vastel était un journaliste qui avait un véritable talent pour l’écriture et il est étonnant qu’il ne soit pas retourné travailler en France et devenir une vedette là-bas. On peut comparer son talent à celui d’une Denise Bombardier ou d’un Luc Plamondon. Il aurait eu l’envergure pour une carrière internationale.Vastel a écrit plusieurs livres mais ils étaient tous ciblés soit le Québec ou le Canada. Il en a écrit en tout 6, des biographies politiques sauf deux exceptions, le livre de Nathalie Simard et celui sur un tueur de la mafia italienne, Le Neveu (1987).
Ce livre sur la mafia a d’ailleurs eu des répercussions dans mon travail car en 1993, un haut dirigeant politique du gouvernement de Jacques Parizeau m’avait contacté à la suggestion de Michel que j’avais revu lors d’un déjeuner à Montréal. Il avait recommandé au dirigeant de s’adresser à moi pour l’aider à trouver un emploi à Réal Simard, le tueur à gage du livre Le Neveu. Il faut mentionner que Simard avait une nouvelle identité et qu’il travaillait comme directeur de campagne électorale pour la candidate du Bloc Québécois dans Verdun. L’information avait cependant été dévoilée et on l’avait forcé à démissionner. Vastel avait pris en pitié son ancien sujet de biographie et il essayait de l’aider. Malheureusement, Pierre Péladeau avait refusé, conseillé en ce sens par un haut dirigeant de la police de Montréal. Je trouvais que l’idée d’embaucher Simard dans une usine d’imprimerie de Quebecor faisait du sensmais j’ai dû accepter la décision de mon patron. En 2007, j’ai assisté au lancement du dernier livre de Michel, celui sur Nathalie Simard et j’avais photographié Vastel qui m’avait dit par la suite aimer les photos. On peut les visionner sur le site LeStudio1.com. (voir lien au bas du texte)
Je vais manquer Michel Vastel et surtout son Blog Internet que j’avais inscrit parmi les favoris de LeStudio1.com.
Johnny Hallyday a dit un jour, mi-sérieux, mi-blagueur :« Un homme comme moi ne devrait pas mourir… » Michel Vastel aurait dû être immortel et il le restera un peu dans le souvenir de tousceux qui l’ont connu.
-Bernard Bujold
Lien Les Meilleurs 2008
Lien photos Michel Vastel et Nathalie Simard
Lien Blogues de Michel Vastel
(Photos du haut – Michel Vastel /Photo du bas – Michel Vastel et l’inpecteur Columbo »Peter Falk »)